Ambert. La pie-grièche grise a son portrait en centre-ville

Pour plus de renseignements concernant le programme de conservation mis en œuvre pour la préservation des populations de pies-grièches d’Auvergne, vous pouvez contacter Sébastien Nottellet, salarié à la LPO Auvergne-Rhône-Alpes :
• 06 46 81 70 66
sebastien.nottellet@lpo.fr

Si vous êtes passé boulevard de l’Europe, dans le centre-ville d’Ambert, vous avez sans doute remarqué qu’une fresque représentant un drôle d’oiseau a fait son apparition. Cette fresque murale a été réalisée par le collectif « Mural Studio », à la demande de la LPO Auvergne-Rhône-Alpes, en partenariat avec la Ville d’Ambert et le Parc naturel régional Livradois-Forez.

L’oiseau représenté n’a pas été choisi au hasard : il s’agit d’une pie-grièche grise, espèce emblématique de la plaine d’Ambert. Concentrant près de 70% des effectifs nationaux de pie-grièche grise, l’Auvergne constitue aujourd’hui le principal bastion français. La population de pie-grièche grise de la plaine d’Ambert est estimée à 20 couples, ce qui en fait l’un des secteurs les plus denses d’Auvergne, mais également le dernier refuge de l’espèce au sein du Parc naturel régional Livradois-Forez.

Cet oiseau, du groupe des passereaux, est bien reconnaissable avec son bec crochu et son bandeau noir au niveau des yeux. Cette espèce est prédatrice : elle consomme principalement des insectes et des petits vertébrés, et notamment le campagnol des champs, l’une de ses proies favorites.

Une diminution de la population en France et en Auvergne

Jusque dans les années 1960, la pie-grièche grise était présente dans une grande partie de la France, mais ses populations ont décliné pour atteindre vraisemblablement moins de 1.000 couples actuellement dans notre pays. L’espèce y perdure car elle est spécialiste des milieux ouverts façonnés par l’élevage, où il subsiste des prairies permanentes fleuries, du bocage et des zones humides. C’est pourquoi elle constitue un emblème d’une agriculture locale de qualité, extensive, permettant de maintenir jusque-là un habitat qui lui est favorable.
Pour autant, une diminution de la population auvergnate de pie-grièche grise est constatée depuis les années 1960-1970. Cette diminution constitue un signal d’alerte concernant l’évolution défavorable de nos paysages agricoles pour la biodiversité, sous l’effet de la modification de certaines pratiques (suppression de haies, retournement des prairies, fertilisation accrue, drainage, ou encore fermeture de milieux sous l’effet de la déprise agricole, etc.).

L’ambition de cette fresque est d’interpeller le passant ou l’automobiliste qui ne connaissait pas cet oiseau jusqu’alors, et de simplement lui porter à connaissance son existence. La sauvegarde de cet oiseau passant par la préservation de nos paysages agricoles, c’est à chacun d’entre nous de soutenir une agriculture locale respectueuse de l’environnement.


Cette initiative s’inscrit dans une démarche de connaissance et de préservation de cet oiseau devenu très rare. Le syndicat mixte du Parc naturel régional Livradois-Forez finance depuis plusieurs années un programme de recherche alliant communication, contacts avec les agriculteurs et diverses actions comme la création d’une pépinière de peupliers locaux. Le programme 2021/2023 est financé dans le cadre du Contrat vert et bleu du Parc Livradois-Forez – bassin versant de la Dore, par la Région AURA.


Cette réalisation fait partie d’une série de 4 fresques réalisées dans le cadre d’un plan de sauvegarde des différentes espèces de pies-grièches de la région, soutenu financièrement par
. l’Europe,
. la Région Auvergne-Rhône-Alpes,
. la DREAL Auvergne-Rhône-Alpes,
. le Conseil départemental de Haute-Loire.