Ambert : 40 ans d’apprentissage avec l’Ecole municipale de musique

Hasard du calendrier et clin d’oeil de l’histoire ambertoise, le Comité de jumelage et l’Ecole municipale de musique d’Ambert fêtent tous les deux un anniversaire au compte rond en 2018, avec respectivement 30 et 40 ans d’existence. L’occasion de revenir sur ces décennies d’investissement au service de l’apprentissage de la musique pour l’une et du renforcement des relations avec nos voisins européens pour l’autre.

Le Comité de jumelage et l’Ecole municipale de musique d’Ambert célèbreront leur anniversaire respectif autour d’un programme d’animations commun, les 18, 19 et 20 mai.

Découvrir le programme !
L’Ecole municipale de musique – Son histoire

Créée en 1978 sous l’impulsion du maire d’Ambert Georges Chanoine et son adjoint à la culture Pierre Rimbaud, l’Ecole municipale de musique d’Ambert permettait alors de répondre au succès croissant de l’association La Lyre livradoise auprès du jeune public.
Instruments à vents, percussions et piano ont été parmi les premiers apprentissages proposés. Les effectifs de l’Ecole ont continué d’augmenter, obligeant la structure à changer plusieurs fois de locaux (Maison des jeunes, théâtre, école Henri-Pourrat et autres salles communales).
Depuis 2012, elle est installée au sein d’une structure entièrement neuve, l’Espace culturel Chabrier « L’Etoile », en hommage au compositeur français (1841-1894) né à Ambert. Serge Debièvre, Bernard Garde et désormais Anne Beldent depuis 1995 se sont succédé à la direction.

L’Ecole municipale de musique en 2018

L’Ecole municipale de musique a longtemps été fréquentée par une majorité d’enfants, avant qu’un public d’adultes ne vienne lui aussi à la rencontre de la musique.
L’Ecole accueille aujourd’hui les élèves à partir de 5 ans, grâce à l’éveil musical et jusqu’à 66 ans.
Ils sont au total 295 dont 125 à fréquenter les cours individuels d’instrument proposés par 11 professeurs. Clarinette, cor, trompettes, flûtes, instruments à cordes ou encore saxophone ont permis de diversifier largement l’apprentissage musical proposé à Ambert. Le cursus se déroule en 3 cycles de 3 à 5 ans. Pour les instrumentistes, chaque année est ponctuée par une audition et chaque fin de cycle par un examen.
Trois auditions de musique d’ensemble sont organisées chaque année. Quant aux élèves de la classe orchestre, ils participent aux divers concerts organisés par la Lyre Livradoise.

295

L’Ecole municipale de musique d’Ambert accueille aujourd’hui 295 élèves

L’Ecole municipale de musique – Son ouverture

L’Ecole de musique lors de la Fête de la Musique, en 2017

À Ambert, l’Ecole municipale de musique intervient dans les établissements scolaires, travaille avec les associations et d’autres Ecoles de musique (Royat, Saint-Galmier, Vichy, Aurec-sur-Loire, Dompierre-sur-Besbre). Ces collaborations débouchent sur la création de spectacles et sur des concerts en public.
Les interventions en milieu scolaire permettent d’amener d’autres enfants à la pratique de la musique.

L’Ecole municipale de musique – Ils sont devenus professionnels

Plusieurs élèves passés par l’Ecole municipale de musique d’Ambert sont désormais des professionnels aux compétences variées.
On retrouve des musiciens d’orchestre, un ingénieur du son, un facteur d’instruments, un organisateur de spectacle vivant, un enseignant en éducation musicale pour l’Education nationale, etc.

Le jumelage Ambert / Annweiler / Gorgonzola

En juin 2017, 6 cyclistes allemands ont fait le voyage depuis Annweiler pour participer à la Cyclo Les Copains

Voilà 30 ans qu’a été conclu le jumelage entre Ambert et Annweiler (Allemagne), dont Nicole Furcy, alors présidente de l’association Ambert-Plus et adjointe au maire d’Ambert, George Chanoine, en avait été l’initiatrice. C’est ainsi que le Comité de jumelage est né !
La Charte du Jumelage a été signée tout d’abord à Ambert, à la Pentecôte de 1988, puis à Annweiler le 11 novembre de la même année, Monsieur Weber étant alors le maire de la cité palatine.

Puis, en 2003, un nouveau jumelage a uni cette fois, sous l’égide de Jean Aulagnier, maire d’Ambert, et de Stefano Lampertico, maire de Gorgonzola, deux villes aussi réputées l’une que l’autre pour leur spécialité gastronomique : le fromage.